Actualités

Femme défenestrée par son compagnon : enfin réparée ?

Mise en ligne 25/03/2019 Actualités Vos droits Handicap

La jeune femme qu’on appelle Aïda (pour protéger son anonymat) avait été défenestrée par son compagnon violent, le 24 août 2013. Devenue paraplégique, elle avait demandé réparation à la Justice. Son compagnon a été reconnu coupable, incarcéré, mais insolvable.

Heure tardive
Le Maine Libre qui avait alerté sur cette affaire est revenu sur les circonstances du drame. La jeune femme de 26 ans était victime de violences conjugales. Ce soir d’août 2013, les forces de l’ordre lui avaient conseillé de partir de chez elle. Mais en raison de l’heure tardive qui l’empêche de prendre un train, le taxi étant trop onéreux, et le 115 ne répondant pas, elle remonte chez elle, pour ne pas avoir à dormir dans la rue, pensant que son compagnon se serait calmé.

Torts « partagés »
Aïda avait obtenu une avance de 90 000 euros pour les préjudices subis. Mais, sous le prétexte qu’elle n’aurait pas dû revenir chez elle, le Fonds de garantie des victimes (FGTI) avait réduit ce montant, estimant que les torts étaient en quelque sorte partagés entre elle et son bourreau ! La secrétaire d’Etat Marlène Schiappa s’en était émue en janvier dernier. Qualifiant cette situation de profondément choquante et incompréhensible, elle avait promis qu’elle s’en occuperait personnellement. Pour elle, « considérer qu’une femme est responsable, même partiellement, même administrativement des violences qu’elle subit va à l’encontre de tout le travail de conviction que nous menons dans le cadre de la grande cause du quinquennat pour l’égalité femmes hommes ; pour convaincre qu’une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit ! »

 

Indemnisation complète
Le 20 mars dernier, Francetvinfo avait annoncé que, finalement, le parquet d’Angers avait rendu de nouvelles conclusions et réclamait désormais une indemnisation complète pour la jeune femme. Dans son interview sur RTL, Aïda se dit soulagée mais attend la décision finale qui doit intervenir le 27 mai 2019. La page publiée sur le site du Fonds de garantie affirme qu'il concluera dans le même sens que le Parquet.

PLuton
© juefraphoto - stock.adobe.com

// A LA UNE

Mise en ligne 17/10/2019

Alstom : la Fnath saisit la CEDH

Mise en ligne 15/10/2019

Lubrizol : l’Etat est dans le déni

Recherche

Formulaire de contact