Actualités

Le burn out finalement pas reconnu par l’OMS

Les Etats membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), institution à laquelle adhère la France, venaient d’ajouter le burn out à leur nouvelle liste de maladies, mais non...

Volte face
L'OMS vient de revenir sur ses annonces et prévient, qu'en fait, elle continue à ne pas considérer le burn out comme une maladie...

OMS
L'on pensait que le burn out venait d’être reconnu comme une maladie par l’OMS. Toute la presse s’en était fait l’écho ce 27 mai. Lors de l’assemblée mondiale de l’OMS qui devait se tenir du 20 au 28 mai 2019, les Etats membres de cette institution internationale avaient revu la classification des maladies. C'est en tout cas ce qu'avait annoncé un porte-parole de l'OMS...

Burn out
Le burn out est autrement appelé syndrome d’épuisement professionnel. On sait qu’en France il n’existe toujours pas de tableau professionnel. Les salariés qui souhaitent être reconnus doivent passer par le système complémentaire et doivent présenter un taux d’IPP de 25 % au moins. Ce qui rend la reconnaissance particulièrement compliquée. En attendant une meilleure reconnaissance, c’est la collectivité nationale qui prend en charge les personnes touchées non reconnues, et non les employeurs au travers de la branche Accidents du travail/Maladies professionnelles (AT/MP).

Plusieurs propositions
Plusieurs propositions de loi pour faire progresser la prise en charge ont été rejetées. En avril 2017, A part entière rappelait que le « nombre de demandes de reconnaissance reçues par les caisses primaires » augmentait, mais restait limité : « 588 demandes avaient été déposées en 2011 ; 1 221 l’ont été en 2015, dont 761 seulement ont été jugées recevables et transmises aux comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP). » Des parlementaires avaient retenu une des propositions de la FNATH : ils suggèraient ainsi d’abaisser le seuil permettant de saisir les CRRMP de 25 % à 10 %. Sans succès à ce jour… Il était également proposé, à terme, de créer un tableau de maladies professionnelles.

Coût social
Selon la proposition de loi de Benoît Hamon, notamment, déposée et rejetée en 2014, 3,2 millions de Français seraient exposés à un risque élevé de burn out. Un chiffre repris d’une étude du cabinet Technologia. Pour la France, le coût social du stress au travail est évalué entre 1,9 et 3 milliards d’euros », estime l'Assurance maladie.  « Cette estimation comprend le coût des soins et la perte de richesse pour cause d'absentéisme, de cessation prématurée d'activité et de décès prématuré. »

Pluton
© thodonal - stock.adobe.com

// A LA UNE

Mise en ligne 17/10/2019

Alstom : la Fnath saisit la CEDH

Mise en ligne 15/10/2019

Lubrizol : l’Etat est dans le déni

Recherche

Formulaire de contact