Actualités

La carte Vitale est testée sur smartphone dans deux départements

Mise en ligne 04/06/2019 Actualités Vos droits Santé

Une « e-carte » d’assurance maladie est expérimentée dans deux départements. Prélude à la généralisation de la carte Vitale sur smartphone.

E-carte
L’Etat a autorisé l’expérimentation d’une version « e-carte » de la carte Vitale dans les départements des Alpes-maritimes et du Rhône. Le décret, paru le 29 mai dernier, au Journal officiel, apporte les précisions nécessaires sur ce projet.

Smartphone
Les caisses d’assurance maladie et de la MSA de ces deux départements peuvent délivrer à leurs assurés une carte électronique individuelle interégimes sous la forme d’une application installée sur leur mobile ou smartphone. Cette expérimentation doit durer un an. Cette carte est appelée « e-carte d’assurance maladie ». Elle est valable auprès des professionnels de santé participant à l'expérimentation. Et elle est gratuite.

Vitale
Cette mesure était annoncée dans le projet présenté par la ministre des Solidarités en avril dernier concernant le virage numérique de la santé. Les pouvoirs publics, a annoncé le ministère, ont imaginé et conçu une version dématérialisée de la carte Vitale.

Deux départements
« La population étant largement équipée en smartphone en France, indique ce projet, il a été décidé de lancer le développement d’une «appli carte Vitale» (dite «apCV»). Cette «appli carte Vitale» est destinée à devenir l’outil d’identification et d’authentification des patients dans le système de santé. » Le gouvernement avait prévu le démarrage de l’expérimentation au troisième trimestre 2019, pour une généralisation à partir de 2021.

Dossier médical partagé
Ce projet numérique d’ampleur comprend aussi la généralisation du dossier médical partagé (DMP) lancé par l’Assurance maladie en novembre dernier. Lire le dossier d’A part entière sur le DMP.

PLuton
© Africa Studio - stock.adobe.com

// A LA UNE

Mise en ligne 17/10/2019

Alstom : la Fnath saisit la CEDH

Mise en ligne 15/10/2019

Lubrizol : l’Etat est dans le déni

Recherche

Formulaire de contact