Vos droits

Covid-19 : les critères de vulnérabilité retoqués

Le Conseil d’Etat a suspendu les dispositions du gouvernement pour restreindre les critères de vulnérabilité ouvrant droit au chômage partiel

Conseil d’Etat
Le Conseil d’Etat a suspendu, le 15 octobre 2020, les dispositions prises par le gouvernement pour restreindre les critères de vulnérabilité ouvrant droit au chômage partiel (décret du 29 août 2020). « Le juge estime que le choix des pathologies qui ont été conservées comme éligibles par rapport au décret de mai dernier n’est pas cohérent ni suffisamment justifié par le gouvernement ».

Dispositions restreintes
Fin août dernier, le gouvernement avait, en effet, réduit la liste des cas de vulnérabilité ouvrant droit au chômage partiel dans le cadre de l’épidémie de covid-19. Les personnes âgées de plus de 65 ans, celles ayant des antécédents cardiovasculaires, ou un diabète non équilibré etc. n’étaient plus incluses dans cette liste. Idem, les salariés et salariées partageant le même domicile qu’une personne vulnérable en étaient aussi exclues.

Suspension
La Ligue nationale contre l’obésité ainsi que plusieurs requérants individuels ont demandé au juge des référés du Conseil d’Etat de suspendre ce second décret. Ce qu'il a fait en partie.

Critères de vulnérabilité
En effet, à ses yeux, « le gouvernement ne peut pas exclure des pathologies ou situations qui présentent un risque équivalent ou supérieur à celles maintenues dans le décret » d'août dernier. Il pointe notamment le fait que « le diabète ou l’obésité n’ont été retenus que lorsqu’ils sont associés chez une personne âgée de plus de 65 ans ». En revanche, le Conseil d’Etat a estimé que le gouvernement pouvait à bon droit mettre fin à ce dispositif en faveur des salariées et salariés cohabitant avec une personne vulnérable.

Covid-19
C’est « une impérieuse nécessité que de continuer à protéger toutes les personnes à risque de développer une forme sévère de Covid-19 », a estimé, de son côté, France assos santé. Les associations, ajoute-t-elle, souhaitent notamment :

  • Une « liste de critères de vulnérabilités cohérente au regard des données robustes actualisées »;
  • « Le retour de la protection des proches vivant sous le même toit qu’une personne vulnérable »;
  • « La reconnaissance du droit, pour les médecins prescripteurs, de s’appuyer sur des consensus d’experts pour protéger des personnes "hors liste" »
  • Etre « consultés avant toute nouvelle publication » d’un décret.

Gouvernement
En l’absence d’une nouvelle décision du gouvernement, les critères retenus par le précédent décret du 5 mai 2020 s’appliquent à nouveau.

Pierre Luton
© insta_photos - stock.adobe.com

// Tous vos droits

Accédez à tous les articles

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact