Idées

Décret maladie professionnelle covid-19 : Un marché de dupe

« Une reconnaissance systématique » …. « Quel qu’en soit le coût »… Force est de constater qu’on très loin des espoirs suscités par ces déclarations, réagit la Fnath.

Les oubliés : les travailleurs et bénévoles de la première heure qui ont assuré les services du quotidien pour permettre à la population de vivre confinés dans de bonnes conditions, et bien souvent sans protection faute d’approvisionnement. Ils se contenteront des applaudissements !

Les déçus et les exclus : la majorité des bénéficiaires potentiels.

  • L’obligation du passage par une oxygénothérapie exclut de fait tous les travailleurs contaminés qui ont subi un traitement différent.
  • La limitation à un traitement de ventilation exclut de fait tous les travailleurs présentant d’autres troubles (perte de goût, d’odorat, troubles psychiques, cardiaques, rénaux...) qui sont pourtant très invalidants
  • Les restrictions imposées dans ce tableau par le délai de 14 jours interdit toute prise en charge d’évolution ultérieure
  • Selon les régimes de protection sociale, des indemnisations différentes et surtout incomplètes seront servies selon qu’il s’agit d’un agent de la fonction hospitalière ou d’un salarié du privé (clinique, intérimaire,…)

Pour la Fnath, il faut faire le constat d’une déception de plus et d’un éloignement supplémentaire du citoyen, de l’assuré social, du travailleur face à une politique spectacle qui pense se suffire par des effets d’annonces à répétition.

La Fnath est au côté des victimes pour faire valoir leurs droits légitimes.

Devant cette rupture manifeste d’égalité entre les victimes, la Fnath étudie les voies d’un recours contre ce texte.

>>> Covid-19 et maladie professionnelle : la peau de chagrin

// A LA UNE

Mise en ligne 19/01/2021

Sérieusement fun

Mise en ligne 19/01/2021

L'année des cent ans de la Fnath

Recherche

Formulaire de contact