Actualités

Des liens de « corrélation » entre conditions de travail, prévention et performance

Mise en ligne 07/09/2020 Actualités Emploi Santé et travail

La Dares publie une étude sur la corrélation entre conditions de travail, prévention et performance des entreprises en France. Tout en soulignant des biais méthodologiques.

Dares
Les entreprises qui investissent le plus dans la prévention sont aussi les plus performantes économiquement, souligne une étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et statistiques (Dares) du ministère du Travail. Cette étude, « Conditions de travail, prévention et performance économique et financière des entreprises », signée Mélina Hillion, comporte deux objectifs. Offrir un aperçu de l’état des connaissances actuelles en matière d’environnement de travail et de performance. Mais également, examiner le lien entre conditions de travail, prévention et performance pour les entreprises en France. Tout apportant des réserves sur les méthodes utilisées jusqu’ici.

Conditions de travail
Cette étude s’appuie notamment sur l’enquête « Conditions de Travail » menée en 2013 en France auprès d’environ 34 000 actifs occupés. Selon ses résultats, elle conclue à une corrélation forte entre la prévention et la performance économique et financière. « La performance des entreprises diminue avec le manque de reconnaissance, les contraintes sur les horaires et sur l’organisation du temps de travail, l’insécurité économique et les changements organisationnels. En revanche, il n’existe pas de relation systématique entre l’intensité du travail, les exigences émotionnelles, l’autonomie, les rapports sociaux, les conflits de valeurs, les contraintes physiques et la performance des entreprises. »

Biais méthodologiques
Face à cette apparente antinomie, l’auteure, relève qu’elle a été confrontée aux mêmes limites que les études récentes sur le sujet : « nous ne sommes donc pas en mesure d’établir un lien de causalité entre les conditions de travail, la prévention et la performance économique et financière des entreprises. » Pour répondre à cette question, il faudrait, par exemple, imaginer un protocole expérimental dans lesquelles on comparerait des entreprises qui amélioreraient conditions de travail et prévention des risques professionnels et d’autres pas, pour les comparer à la fin de l’étude. Elle note aussi que l’enquête Conditions de travail interroge rarement plus d’un ou deux employés par entreprise, ce qu’elle juge « approximatif ».

Prévention et performance
Il existe ainsi de nombreuses études sur ce sujet, mais la plupart s’appuient sur des mesures de performance et de satisfaction « très imparfaites », souligne la Dares. De « nombreuses études mesurent la productivité individuelle à travers l’évaluation par le supérieur hiérarchique ou par les pairs. D’autres mobilisent des indicateurs plus objectifs tel que la satisfaction des clients, les absences des salariés, les démissions, les accidents et les maladies professionnelles. Très peu d’études examinent le lien entre satisfaction au travail et productivité globale à partir de données de bilan d’activité d’entreprises… »

Corrélation
La Dares pointe néanmoins quelques travaux rigoureux qui tendent à conclure en faveur de retombées économiques positives pour les entreprises qui investissent dans la santé et la sécurité au travail. Ces études sont encore peu nombreuses et ne donnent qu’un aperçu restreint des interventions efficaces en termes de santé individuelle et de performance économique des entreprises, conclue l’auteure. Ce qui fait que, comme pour les travaux les plus récents, elle se résout à mettre en évidence des liens de « corrélation » et non de « cause à effet » entre conditions de travail, prévention et performance.

Pierre Luton
© Robert Kneschke - stock.adobe.com

Recherche

Formulaire de contact