Actualités

11 mai 2020 : un déconfinement sous conditions

La Rédaction d'A part entière a suivi la déclaration du Premier ministre, ce mardi 28 avril 2020, sur le déconfinement lié à l’épidémie de coronavirus.

Déconfinement
Le Premier ministre, Edouard Philippe, vient de présenter à l’Assemblée nationale, un plan de déconfinement sous conditions. A partir du 7 mai prochain, les départements français seront classés en zone verte ou zone rouge, en fonction d’indicateurs. Si la circulation du virus est trop active, si la situation hospitalière est encore trop tendue, si le système de test n’est pas prêt dans tel ou tel département, il sera classé en zone rouge.

11 mai 2020
Si ces indicateurs ne sont pas au vert, « nous ne déconfinerons pas au 11 mai ou bien très progressivement », a-t-il prévenu, renvoyant à la responsabilité de tout un chacun. Plusieurs phases seront franchies progressivement, du 11 mai au 2 juin, puis toutes les trois semaines…

Premier ministre
Pour introduire son discours, Edouard Philippe a admis que le pays ne pouvait pas être rester confiné durablement. S’il durait trop longtemps, le confinement « pourrait entraîner des effets délétères ». Il a aussi souligné que le confinement avait été efficace : « le nombre de cas diminue, les cas en réanimation aussi, la décrue est engagée, elle est régulière, mais lente. »

Sous conditions
Puis il a déroulé sa méthode en trois mots-clés : Protéger tester et isoler ! Ainsi, promet-il assez de masques dans le pays à partir du 11 mai pour tout le monde. 700 000 tests virologiques seront réalisables par semaine à partir du 11 mai. Ces tests seront pris en charge à 100 % par l’assurance maladie. En terme d’isolement, le Premier ministre compte sur le sens civique de nos concitoyens. Il faudra isoler au plus vite les personnes touchées ainsi que les cas contacts, « ce n’est pas une sanction mais une mise à l’abri, elle repose sur la conscience individuelle ». Concernant l'application, il admet ne pas savoir comment elle fonctionne. « Elle doit faire l’objet d’un vote, mais le débat est prématuré. »

Coronavirus
Sur la reprise de la vie économique, le Premier ministre indique qu’elle sera aussi progressive. Il précise que le télétravail doit au moins être maintenu durant trois semaines. Si cela n’est pas possible, les entreprises devront mettre en place des horaires décalés. Et « nous devons amplifier les démarches pour réaliser les guides et fiches métier. » Il propose également le port du masque si la distanciation n’est pas possible dans les entreprises. Enfin, le dispositif d’activité partielle restera en place jusqu’au 1er juin. Les personnes vulnérables continueront à être protégées.

Masques
Pour les bars, cafés et restaurants, on saura, comme prévu, fin mai, s’ils peuvent ré-ouvrir début juin. Les rassemblements seront réduits, avec un maximum de 10 personnes. Les théâtres et cinémas resteront fermés, à ce stade. En ce qui concerne les transports collectifs, le chef du gouvernement renvoie aux différentes structures et leurs autorités. Il préconise le port du masque obligatoire et estime qu’il faudra respecter les gestes barrières et limiter le nombre de places.

Progressivement
Enfin, Edouard Philippe annonce la fin des attestations dérogatoires de circulation, mais limite les possibilités. Au-delà de 100 km, il faudra avoir un motif impérieux de travail ou de famille pour se déplacer. En somme, les déplacements interdépartement seront encore proscrits. La vie sociale va reprendre, mais progressivement. Le gouvernement appelle les aînés à continuer de se protéger dans un principe de confiance et de responsabilité.

Etat d'urgence sanitaire
L'état d'urgence sanitaire devrait être prolongé après le 23 mai, imposant un nouveu vote par le Parlement la semaine prochaine. Il pourrait aller jusqu'au 23 juillet 2020.

>>> A lire aussi : Travailleurs contaminés par le Covid-19, une difficile reconnaissance
Pierre Luton

// Toutes les actualités

Accédez à tous les articles

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact