Idées

Détricotages

Mise en ligne 02/09/2015 Idées

 

Dix ans après l’adoption de la loi handicap de 2005 et quelques mois après la conférence nationale du handicap, les associations de personnes handicapées ne décolèrent pas en raison des multiples détricotages de cette loi. Elles viennent ainsi d’écrire au président de la République afin de lui demander un rendez-vous pour lui expliquer leurs fortes attentes, malgré les difficultés financières, budgétaires et sociales que traverse notre pays.

Cette loi, qui constituait un espoir, comportait 2 piliers essentiels à nos yeux : l’accessibilité et la compensation. Dix ans après, notre pays s’apprête à ratifier une ordonnance qui remet en cause l’engagement de notre société à se rendre accessible aux personnes handicapées. Comment admettre que la promesse de la loi de 1975, confortée en 2005 ne soit toujours pas honorée en 2015 et ne le sera sans doute pas dans les 10 ans à venir ? Le mécanisme des Ad’ap, qui, à l’origine, était, sans doute, la moins mauvaise réponse à un vrai problème, va permettre à nombre d’établissements recevant du public de s’exonérer de l’obligation de mise en accessibilité.

 

 

 Pilier

 

La compensation constitue l’autre pilier de la loi de 2005. C'est au nom de ce droit à compensation des conséquences du handicap que la situation d'un enfant handicapé ne doit être résumée au seul préjudice d'être né "différent". C’est un devoir de notre société toute entière d’assumer les conséquences de ce handicap et de proposer les compensations indispensables.. Pourtant, en 2015, trop de personnes sont encore sans solution, qu’elles soient autistes, vieillissantes ou polyhandicapées.  Plus de 6500 personnes handicapées se voient contraintes à l’exil en Belgique. Plus de 6000 jeunes adultes sont maintenus dans des établissements pour enfants. C’est un constat alarmant de voir que ces chiffres progressent.

 

Et que dire de la vie à domicile à laquelle aspire l’immense majorité des personnes handicapées physiques alors que les plans de compensation sont aujourd’hui systématiquement revus à la baisse au mépris de la notion de projet de vie pourtant essentiel dans la loi du 11 février 2005 et alors que le modèle économique et professionnel des services à domicile est à bout de souffle ?

 

Aucune mesure n’a été prise concernant les ressources des personnes handicapées à l’exception des textes modifiant la durée d’attribution de l’allocation aux adultes handicapés que le gouvernement a fort opportunément revue. Non les personnes handicapées ne sont pas les mieux loties ! Oui, elles subissent comme tous nos concitoyens le chômage et même deux fois plus ! Oui, la quasi-totalité des personnes handicapées vit largement en-dessous du seuil de pauvreté.

 

Alors que le gouvernement s’était fixé comme objectif que chaque loi comporte un volet handicap, de nombreux aspects de la vie des personnes handicapées sont encore passés sous silence. Pour toutes ces raisons, nos associations se mobilisent, ensemble, pour être plus fortes et écoutées.

 

 Arnaud de BROCA

 

 

 

// A LA UNE

Mise en ligne 17/09/2018

Numérique : un plan pour les exclus

Mise en ligne 16/09/2018

Label handicap ?

Mise en ligne 15/09/2018

MDPH : enquête de satisfaction

// Toutes les idées

Accédez à tous les articles

// Articles associés

Mise en ligne 23/04/2018

Revoir l’indemnisation des victimes

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact