Actualités

Amiante dans les écoles : l’inquiétude des associations

Mise en ligne 26/11/2019 Actualités Vos droits Santé Santé et travail

L’Andeva et la FCPE, notamment, interpellent le gouvernement sur la présence d’amiante dans les établissements de l’Education nationale.

Andeva
L’Association de défense des victimes de l’amiante (Andeva) alerte à nouveau sur la situation de l’amiante dans les établissements scolaires. Une conférence de presse a lieu ce mardi 26 novembre après qu’une lettre ouverte au ministre de l’Education nationale a été publiée dans Libération le 25 novembre 2019.

FCPE
Cette initiative rassemble notamment l’Andeva, la fédération de parents d'élèves, FCPE, des syndicats nationaux de personnel de l'Education nationale… et réclame un véritable plan amiante dans l'Education nationale.

Amiante
Dans cette lettre ouverte, les signataires rappellent que Santé publique France, l’agence nationale de santé publique, a publié des chiffres inédits sur des cas de mésothéliomes pleuraux -ces cancers de la plèvre reliés à l’amiante- dans l’Education nationale. Ils réclament « un plan d’action contre l’amiante dans l’Education nationale ». Ils s’inquiètent du fait que plusieurs écoles ont été confrontées au même scénario ces dernières années : des alertes non suivies d’effets devant «l'inertie» des autorités.

Enseignants de l’Education nationale
Le programme national de surveillance des mésothéliomes pleural (PNSM) indiquait ainsi en juillet 2019 (page 67 du PDF)  : sur une population de 2 720 cas de mésothéliomes diagnostiqués entre 1998 et 2017 et qui représentent près de 50 % de la totalité des cas recueillis, 178 cas ont été identifiés comme ayant travaillé au moins une fois dans le secteur de l’enseignement. Soit 6,5 % de l’ensemble des cas enquêtés. Ils concernent 86 hommes et 92 femmes, soit respectivement 4,1 % et 14,3 % des cas enquêtés. En outre, un récent rapport confidentiel des Inspecteurs santé-sécurité du travail confirmerait - en l'aggravant - une alerte lancée par l'enquête de l'Observatoire de la sécurité et de l'accessibilité dans les établissements scolaires (ONS), selon l’Andeva.

Gouvernement interpelé
Un sujet qui ne laissent pas insensibles les députés. Une question a notamment été posée en juillet dernier au gouvernement. Ce dernier admet que tous les établissements concernés ne disposent pas de DTA, ce diagnostic amiante pourtant obligatoire. Pour les établissements qui possèdent un diagnoctic amiante, ceux-ci « mentionnent la présence d'amiante dans 38 % des écoles publiques, 73 % des collèges publics et 77 % des lycées publics… La moitié des DTA des écoles concernées impose une obligation de surveillance. Concernant les établissements du second degré, l'obligation de surveillance concerne un peu plus de deux tiers de l'échantillon (…) » En outre, « les obligations relatives aux mesures d'empoussièrement ou aux obligations de travaux sont rares, autour de 2 %, dans le secteur public comme dans le privé. » Le gouvernement tente de rassurer également en listant les mesures prises afin de « sensibiliser l'ensemble des personnels de l'Education nationale sur les dangers d'une exposition à l'amiante, lors de leur activité professionnelle ».

Le Monde
Las, les « écoles maternelles et élémentaires françaises demeurent infestées d’amiante friable, susceptible de se retrouver dans l’air… » selon Le Monde  (article en accès réduit) qui cite le rapport intitulé « Contrôle des obligations réglementaires relatives à la présence d’amiante dans les écoles publiques » remis ce printemps au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du ministère de l’éducation nationale par les inspecteurs santé et sécurité au travail (ISST). 

Pluton
© Claudio  - stock.adobe.com

Recherche

Formulaire de contact