Actualités

Emploi des personnes handicapées : inquiétude des associations sur l’avenir de l’Agefiph

Plusieurs associations représentant les personnes handicapées, et notamment les travailleurs handicapés, tirent la sonnette d’alarme. Elles craignent pour l’avenir notamment de l’Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (Agefiph) dans le nouvelle architecture du futur service public de l’emploi.

Futur service public de l’emploi
L’Etat poursuit son projet de réforme de l’emploi des personnes en situation de handicap, avec un guichet unique organisé autour de Pôle emploi. Un projet qui se poursuit, tandis que les autres réformes ont été officiellement suspendues par le gouvernement, en pleine épidémie de coronavirus. 

Emploi des personnes handicapées
Selon ces associations -Fnath, APF France Handicap, l’Unapei, l’Unafam, Unanimes et CFPSAA- la convention en cours, élaborée par les pouvoirs publics « présente de nombreuses lacunes ». Dans une lettre ouverte, ces associations, qui composent le collège associatif de l’Agefiph, menacent de ne pas la voter.

Inquiétudes
Pour plusieurs raison :

  • Ces associations dénoncent le rôle central de Pôle emploi dans cette convention. L’Agefiph (mais aussi le FIPHFP pour la fonction publique) perdrait ainsi sa capacité à être prescripteur des aides et se verrait cantonné dans un rôle de cheville ouvrière et de « prestataire ».
  • Pour elles, la construction de l’offre de service, son suivi et son évaluation doivent se faire avec la participation et sous la gouvernance des partenaires dont les associations.
  • Sur la relation avec les employeurs, le rôle de Pôle emploi le paraît « considérable » au détriment de l’Agefiph et du FIPHFP qui se voient « marginalisés ».
  • La signature de cette convention devrait intervenir au plus tard au mois de juillet. Or les expérimentations menées actuellement dans 19 départements ne seront pas terminées ni évaluées avant cette date. En outre, ces expérimentations se déroulent dans un contexte hors norme puisque l’épidémie de coronavirus a bouleversé la vie du pays.
  • Cette convention est applicable jusqu’au 31 décembre 2022, mais, s’inquiètent les associations, rien n’est prévu après cette date.

Associations
En juin 2019, les associations représentant les personnes en situation de handicap siégeant au conseil d’administration de l’Agefiph avaient déjà exprimé leurs inquiétudes. Elles pointaient leur absence dans le processus de discussion institutionnelle et soulignaient une forme d’hégémonie de Pôle emploi dans ce nouveau dispositif. Avec une crainte, à terme, d’un effacement de la population en situation de handicap.

Pôle emploi/Cap emploi
Interviewée dans A part entière, la nouvelle chargée de mission action revendicative de la Fnath, Sophie Crabette, rappelait que le but des pouvoirs publics, dans la réforme en cours du service public de l’emploi, était de permettre aux personnes en situation de handicap de trouver un guichet unique. « Le gouvernement envisage un rapprochement complet (...) en 2021 entre Pole emploi et Cap emploi. » 

Avenir de l’Agefiph
A l’époque de cette interview, l’Agefiph semblait épargnée, l’inquiétude portant plutôt sur l’avenir des Cap emploi  « dans la mesure où leur convention s’éteint en 2022, ils pourraient être supprimés ». La Fnath craignant, qu'au final,  on ne perde des deux côtés : dans le maintien dans l’emploi et dans l’insertion. 

>>> A lire : Réforme de l'obligation de l'emploi

Pierre Luton
© Ricochet64 - stock.adobe.com

Recherche

Formulaire de contact