Actualités

Renoncement aux soins. Plus d'un quart de la population

Mise en ligne 25/08/2017 Santé Chiffres

Selon les études, entre un quart et deux-tiers de la population renoncent à se soigner. Un phénomène qui commence à mobiliser les pouvoirs publics.
plusieurs candidats à la présidentielle ont pris en compte dans leurs programmes la difficulté croissante pour les Français d'accéder aux soins, notamment le dentaire, l'appareillage auditif et les lunettes... Emmanuel Macron, qui l'a emporté, promettait ainsi, s'agissant de ces prothèses, de fixer c l'objectif de 100% de prise en charge pour 2022, car la couverture reste trop faible aujourd'hui. Nous
réaliserons cet objectif sans augmenter le prix des mutuelles. » Cette préoccupation louable, en attendant de voir quelles solutions durables seront mises en place ou non, montre que les pouvoirs publics finissent par admettre la réalité.
Selon l'Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore), c'est un phénomène qui touche globalement plus d'un quart de la population interrogée dans une enquête réalisée en 2016 sur l'expérimentation PFIDASS de la Sécurité sociale dans 18 départements.
Les femmes paraissent plus « touchées» que les hommes. Les « renon çants» sont plus nombreux que les « non-renonçants» à considérer leur état de santé comme « moyen», mauvais», voire « très mauvais». II ressort que, dans tous ces départements, les soins les plus concernés par le renoncement sont les soins dentaires prothétiques. Viennent ensuite les Soins dentaires conservateurs, les achats de lunetterie,,' optique, les consultations en ophtalmologie, mais également les consultations chez un généraliste, les consultations chez un spécialiste (hors gynécologie et ophtalmologie) et les consultations et soins gynécologiques.
Deux-tiers
La Fnath a organisé une enquête nationale, auprès de son public d'adhérents, principalement des victimes d'accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP). Selon cette étude, les deux-tiers (66%) des répondants déclarent avoir reporté ou renoncé à la consultation d'un méde cin. Concernant les soins dentaires, les personnes qui ont été contraintes de reporter ou de renoncer à leurs soins représentent 43% de la population enquêtée. Ils sont 30% à avoir renoncé à l'achat de lunettes et de médicaments prescrits par leur médecin. Dans une étude de l'association, datant de février 2017, mais limitée à la région Hauts de-France, conduite auprès de personnes handicapées, et financée par l'agence régionale de la santé de cette région ainsi que par le conseil départemental de l'Oise, un pourcentage un peu moindre (60 %) déclare également avoir dit reporter ou renoncer à la consul. talion d'un médecin.
Trop cher, mal remboursé
Selon cette dernière enquête, le report ou le renoncement à la consultation d'un médecin est lié à son coût : 35% des personnes enquêtées «Les restes à charge financiers, mais aussi tes avances de frais, constituent les obstacles principaux à l'accès aux soins»

// A LA UNE

Mise en ligne 23/10/2017

Pollution : tueur mésestimé

Mise en ligne 22/10/2017

Personnes âgées : alerte

// Toutes les actualités

Accédez à tous les articles

// Articles associés

Mise en ligne 23/10/2017

Pollution : tueur mésestimé

Mise en ligne 17/10/2017

Lévothyrox Marche arrière provisoire

Mise en ligne 23/10/2017

Pollution : tueur mésestimé

Mise en ligne 09/10/2017

Handicap et pauvreté

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact