Actualités

Reste à charge zéro : l’optique remboursée intégralement

Mise en ligne 13/01/2020 Actualités Vos droits Dossier Handicap Santé

La réforme « 100 % santé » se met en place progressivement depuis 2019. Depuis le 1er janvier 2020, les soins optiques sont pris en charge intégralement dans le cadre d’un panier de soins.

Réforme « 100 % santé »
Il était temps ! La France qui dispose d’un système de soins que tout le monde lui envie était jusqu’ici très en retard sur la prise en charge de trois postes essentiels : l’optique, le dentaire, l’audition. Outre l’indigence de la prise en charge de la Sécurité sociale pour ces spécialités, notre pays déplore un important échappement des soins.

Panier de soins
L’offre proposée par le gouvernement dans le cadre du 100 % santé pourrait y remédier. Il conviendra de suivre la façon dont nos concitoyens et concitoyennes s’en empareront. Il faut espérer que l’augmentation prévisible des mutuelles ne viendra pas limiter les effets de cette réforme. Plus elle se généralisera, plus elle atteindra ses objectifs : un véritable reste à charge zéro. Première étape début 2020 : l’optique est totalement remboursée.

Soins optiques intégralement remboursés
Au 1er janvier 2020, les soins optiques sont donc totalement remboursés dans le cadre du reste à charge zéro. Le 100 % santé, comme l'appellent les pouvoirs publics, a été voté fin 2018. Il a pour ambition de garantir l’accès de tous les Français aux soins dans les secteurs de l’optique, du dentaire et des prothèses auditives. Il s’agit de proposer un ensemble de prestations de soins identifiées qui réponde aux besoins de santé nécessaires : bien voir, bien entendre et soigner son hygiène bucco-dentaire, indique le ministère de la Solidarité et de la Santé. Cette offre sera progressivement accessible à tous les Français et prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale et les complémentaires en santé. Donc sans reste à charge pour les patients.

Négociations
L’Etat a négocié avec chacun des représentants des spécialités concernées. Ainsi, la  Cnam a discuté avec les syndicats représentatifs des chirurgiens-dentistes. Les pouvoirs publics sont également parvenus à un accord avec deux des trois syndicats d’opticiens, et les représentants de plus de 80 % de cette profession, mais aussi avec l’ensemble des syndicats d’audioprothésistes et les industriels. Ces négociations ont associé les fédérations d’organismes complémentaires et l’organisme qui les fédère (Unocam).

Renoncements
Le gouvernement a mis en place cette réforme pour remédier à une situation qui n'était pas fameuse. Pour ce qui concerne l'optique, le taux de renoncement pour des raisons financières aux équipements d’optique s’établit à 10,1 % en moyenne. Il est de 17 % pour les 20 % de Français aux revenus les plus faibles. Dans le domaine de l'audition, le taux d’appareillage effectif dans notre pays est estimé autour de 35 % de la population souffrant d’une déficience auditive. Enfin, en ce qui concerne les soins dentaires, le taux de renoncement moyen pour des raisons financières s’établit à 16,8 % en moyenne, mais 28 % pour les 20 % de Français avec les revenus les plus faibles (données EHS-ESPS 2014). Or, ces renoncements peuvent avoir des conséquences néfastes sur la vie professionnelle et sociale des assurés. La santé dentaire constitue un champ sur lequel les inégalités de santé sont élevées dans notre pays.

Reste à charge
Au total, avant la mise en place complète du 100 % santé, l'Etat estime à 43 % le reste à charge sur les prothèses dentaires, 22 % sur l’offre d’optique et 53 % sur les aides auditives. Il conviendra de comparer ces mauvais chiffres aux nouvelles données qui découleront de la mise en place de la réforme. 

PLuton
© solidmaks - Fotolia.com

Reste à charge zéro : quels tarifs et prestations ?
Reste à charge zéro : les réponses à vos questions

Recherche

Formulaire de contact