Actualités

Santé au travail – La Grande oubliée

Mise en ligne 13/04/2017

A la date du 4 avril, date de bouclage de notre journal, la FNATH a rencontré au total 6 représentants des candidats à l’élection présidentielle. Fidèle à sa vocation apolitique, elle a choisi de demander un rendez-vous à tous les candidats. Nous vous rendons compte de nos échanges.

Alors que tous les candidats ont reçu nos propositions, Nathalie Artaud et Marine Le Pen ont été les premières à souhaiter organiser une rencontre entre leurs équipes de campagne et notre association. Lors de ces rendez-vous, nous avons souhaité plus particulièrement insister sur les questions liées à la reconnaissance de nouveaux droits pour les victimes du travail. Rappelant les limites du dispositif d’indemnisation actuelle qui date de 1898, la FNATH a ainsi pu s’étonner auprès de ces deux candidates, placés aux deux extrêmes de l’échiquier politique, de l’absence de prise en compte de cette problématique dans leurs programmes, alors même qu’elles souhaitent toucher l’électorat ouvrier.

Intégrale

Rappelant que « dans ce domaine, la FNATH intervient bien souvent davantage que les directions syndicales », représentante de Nathalie Artaud se prononce pour une indemnisation intégrale des victimes du travail « financée par le patronat ». Pour la candidate, l’amélioration des conditions de travail ne sera possible « qu’en inversant le rapport de force entre l’ensemble des travailleurs et le monde capitaliste».

Prévention

Le représentant de Marine Le Pen reconnaît que la question de la santé au travail a été insuffisamment travaillé dans leur programme. Si la candidate était élue, elle supprimerait le compte pénibilité, au profit d’une majoration des trimestres travaillés dans des métiers pénibles. Par ailleurs, les médecins du travail pourraient être davantage impliqués dans la prévention de la pénibilité. Sans propositions sur l’indemnisation des victimes du travail, le Front national s’engageait à revenir vers nous avec des propositions concrètes d’ici la fin du mois de mars. Toutefois, nous n’avons eu aucun retour à la date du bouclage de notre journal. Richesse

Les représentants de François Fillon nous ont rappelé le souhait de leur candidat de supprimer le compte pénibilité, tout en soulignant toutefois qu’il avait été le premier, il y a plus de 10 ans, à introduire cette notion dans le cadre de la réforme des retraites. Sensibles à l’argument selon laquelle l’espérance de vie varie de 10 ans selon les catégories socio-professionnelles, ils n’ont pas exclu l’ouverture d’une négociation par blocs de métiers, s’engageant toutefois à revenir vers nous avec des réponses plus complètes. Le programme du candidat est placé sous le signe de la cohérence : « il faut créer de la richesse pour améliorer la politique sociale ».  La FNATH a tenu à souligner l’incohérence qui, selon elle, existe à laisser des personnes ayant créé de la richesse par leur travail licenciées pour inaptitude dès la survenance d’un problème de santé ou être indemnisées au rabais, comme le sont les victimes du travail. Prévention

Chez Emmanuel Macron, nos interlocuteurs ont reconnu que leur programme sur cette question, à la frontière des experts de la santé et de ceux du travail, était encore à construire. Constatant que depuis la dernière décennie, peu d’évolutions ne pouvaient être constatées dans ce domaine, en raison des multiples blocages et malgré l’excédent de la branche accidents du travail – maladies professionnelles, ils soulignaient la nécessité d’agir pour une plus grande prévention, notamment dans le domaine des services à la personne où les maladies professionnelles explosent, mais aussi une amélioration de l’indemnisation, sur laquelle « ils vont travailler s’ils sont au pouvoir ».

Encore flous

Enfin, le représentant de Benoît Hamon, rencontré sur des questions plus larges liées à la santé, a rappelé la proposition du candidat de faire reconnaître l’origine professionnelle du burn-out. Malgré nos demandes d’une réunion spécifique sur ce sujet, nous n’avons, au jour de notre bouclage, pas eu de réponses. De la même manière, Jean- Luc Mélenchon et Philippe Poutou, relancés à plusieurs reprises, n’ont pas souhaité nous recevoir à ce stade sur ces questions. À suivre sur fnath.org, facebook et twitter.

// A LA UNE

Mise en ligne 16/10/2017

Pictogramme « Femmes enceintes »

// Toutes les actualités

Accédez à tous les articles

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact