Actualités

Emploi des jeunes handicapés : de nombreux obstacles

L’APF France handicap a organisé un webinaire consacré aux jeunes en situation de handicap et l’emploi. Une génération doublement sacrifiée ?

Emploi des jeunes handicapés 
Le taux de chômage des jeunes en situation de handicap est d’environ 30 %. Contre 20,8 % pour l’ensemble des 15/24 ans, rappelle l’APF France handicap qui a organisé, mardi 17 novembre, un webinaire consacré aux jeunes en situation de handicap et l’emploi. En partenariat avec les Actualités sociales hebdomadaires (ASH). Une génération doublement sacrifiée ?, interroge l’association, alors que se déroule la 24e semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées (SEEPH).

Une génération doublement sacrifiée ?
Comme tous les jeunes, les jeunes hommes et jeunes femmes handicapées se heurtent à de nombreuses difficultés, amplifiées par leur handicap : rupture du parcours scolaire, réticences des employeurs face au handicap, inaccessibilité́ des lieux, des transports, du logement... La liste est longue et la crise sanitaire n’améliore pas la situation, loin de là.

travail-jeunes-handicap-webinaire-apf-france-handicap-seeph-2020-generation-sacrifiee-participants-fnath-pluton-pierre-luton.jpgCIH
Le gouvernement l’a bien compris en rappelant, durant le dernier Comité interministériel du handicap (CIH), ses objectifs d’investir en priorité sur les plus jeunes (dépistage plus tôt, école inclusive, formation…). On sait que le faible niveau de formation des personnes en situation de handicap freine notamment leur insertion professionnelle.

Océane
Durant ce webinaire, plusieurs jeunes gens ont témoigné de leur parcours et, pour certains, de leurs difficultés : leur handicap lourd est assimilé à un handicap intellectuel, nombres de demandes ne sont pas individualisées… Sans oublier la problématique autour du handicap invisible. Océane, qui souffre d’un handicap à la suite d’un accident de la circulation, se souvient de cette offre d’emploi qu’on lui a envoyée pour faire des vendanges ! « Alors que je suis en fauteuil électrique, mal voyante et mal entendante. On m’a dissuadée de travailler. » Son témoignage a été repris sur France inter.

De nombreux obstacles
Dans le domaine de l’emploi, les inquiétudes sont fortes. Inquiétude vis-à-vis du chômage -celui des personnes en situation de handicap est toujours deux fois plus élevé́ que celui de l’ensemble de la population. Mais aussi, inquiétude quant à l’accompagnement spécifique des publics fragiles suite à la crise du coronavirus. Et, ce, rappelle l’APF, « dans un contexte de chômage de masse et de nouvelles modalités d’organisation du travail, notamment le télétravail. En particulier pour les jeunes. »

APF France handicap
« Sortir de l’assistanat et de la dépendance, est une inspiration commune de l’ensemble de la jeunesse », a rappelé Marie-Pierre Toubhans, maître de conférences associée en insertion professionnelle à lInstitut national supérieur formation et recherche - handicap et enseignements adaptés (Inshea). Elle souligne la problématique de la formation initiale des jeunes handicapés, la difficulté de l’Institution à répondre à différents parcours, la question de la lisibilité des dispositifs… « Il y a des jeunes qui sortent des radars au moment où la scolarisation n’est plus obligatoire ! » A ce titre, elle rappelle que l’obligation de formation des jeunes a récemment été portée de 16 à 18 ans. Les textes viennent de sortir, il faut voir comment ils seront appliqués.
 
Travail
 « Les jeunes ont la volonté de travailler pour la plupart, insiste Samuel Carvou, chargé de projet accompagnement et inclusion des personnes en situation de handicap (APF Hauts-de-France). Ils n’ont pas envie de rester dépendants d’une allocation toute leur vie. » Mais ils se retrouvent malheureusement coincés dans une situation « pas très propice » pour trouver du travail, regrette-t-il. « Leur niveau de qualification est assez bas, bac ou même brevet des collèges. Cela est dû à un parcours scolaire pas simple, souvent terminé en milieu spécialisé. Ceux qui ont pu aller plus loin mettent en avant leurs difficultés, avec des enseignants qui ne savaient pas trop quoi faire pour eux. » « Et il ne suffit pas de mettre un jeune en situation de handicap en face d’une entreprise pour que cela fonctionne », ajoute Sophie Massieu, journaliste qui animait ce webinaire. Nombre de ces jeunes aimeraient rencontrer un « plus âgé » qui travaille et qui a le même type de handicap, pour comprendre comment ça marche.

Sur mesure
C’est un accompagnement sur mesure que souligne Jacques Dangleterre, Chargé de projet handicap chez Convergence 93 (association qui fédère les missions locales adhé­rentes de Seine-Saint-Denis). Selon lui, « l’insertion professionnelle ne suffit pas ». Il faut aider à construire un projet professionnel réaliste en tenant compte des aspirations de ces jeunes gens. Et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de diplôme qu’il n’y a pas de compétences.

Pierre Luton
© Boggy - stock.adobe.com

// Toutes les actualités

Accédez à tous les articles

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact