Actualités

France télécom : « un jugement exemplaire » espéré

Mise en ligne 17/12/2019 Actualités Emploi Handicap Santé et travail

ADSPro, la Fnath et plusieurs syndicats espèrent une condamnation maximale. Le verdict du procès France télécom tombe le 20 décembre.

Verdict
Le verdict doit être rendu le 20 décembre 2019 à 10h. Le procès de France télécom avait débuté le 6 mai dernier. Un procès considéré comme hors norme. Pour la première fois, un grand groupe français et ses dirigeants devaient répondre de harcèlement moral et de complicité de harcèlement moral à grand échelle.

Condamnation maximale
Le 5 juillet, le ministère public avait requis les peines maximales prévues par la loi : 75 000 euros d’amende contre l’entreprise, et un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende contre l’ex-P.D.-G., Didier Lombard, l’ex-numéro 2, Louis-Pierre Wenès et l’ex-D.R.H., Olivier Barberot. Contre quatre autres responsables, il avait requis huit mois d’emprisonnement et 10 000 euros d’amende.

Fnath, partie civile
Pour  Alain Prunier, vice-président de la Fnath, la Fnath s’est constituée partie civile parce que « son objet est d’œuvrer pour le bien des victimes et d’être à leur côté. Dans le cadre de France télécom, ce sont notamment des victimes de maladies professionnelles. »

ADSPro et plusieurs syndicats
« Ce jugement doit être exemplaire car il fera probablement jurisprudence », estiment en outre, dans un communiqué unitaire, l’ADSPro (Association d'aide aux victimes et aux organisations confrontées aux suicides et dépressions professionnels), la Fnath, ainsi que la CFE-CGC Orange, CFTC,Solidaires, SUD PTT, et l’Unsa.

Jugement exemplaire
« Nous espérons une condamnation maximale pour que les dirigeants d'entreprises tentés par ces méthodes de management sachent désormais qu'ils ne peuvent agir en toute impunité. Nous attendons aussi des dommages et intérêts conséquents au titre de la réparation des immenses préjudices subis par les salarié-es et fonctionnaires de France télécom. »

France télécom
« Une telle crise sanitaire et sociale peut facilement éclater dans beaucoup d'autres entreprises et administrations, poursuit le communiqué commun, tant la financiarisation de l'économie pousse leurs dirigeants à accroître sans cesse la productivité et la rentabilité à court terme, les salariés et fonctionnaires, étant les premiers à en subir les effets négatifs avec des restructurations incessantes, la précarisation et les suppressions massives d'emplois, jusqu'à y perdre leur santé et même leur vie. »

20 décembre 2019
« Ces choix stratégiques, des milliers de salariés les payent aujourd'hui dans leur vie. Ainsi, nous souhaitons que ce jugement débouche sur une inscription dans la loi, car la crise sociale connue à France télécom n'est pas un cas isolé dans un monde du travail où il est toujours si difficile de faire reconnaître les victimes du harcèlement patronal», conclut le communiqué.

 

Procès
Durant le procès, de nombreuses personnalités, scientifiques, écrivains, artistes… étaient venues écrire, dessiner, filmer pour le compte de la petite boîte à outils de Solidaires. Des témoignages à ne pas manquer et à revoir.

Pluton
© Evgeny - stock.adobe.com

Recherche

Formulaire de contact