Actualités

Burn out : l’individualisation en question

Mise en ligne 06/06/2017 Actualités Santé et travail

La Haute autorité de santé (HAS), qui a publié, le 22 mai, , en proposant une prise en charge qui « doit être individualisée en fonction des manifestations constatées, des éventuelles pathologies associées identifiées, de l’historique du patient et de son travail », continue de provoquer des réactions. Ainsi, , souligne la « méconnaissance » de cette instance : « mettre en avant les facteurs personnels c’est faire un pas vers la déconstruction du principe de la présomption d’origine : un cancer chez un travailleur de l’amiante pourrait être dû au tabac... » Pour ce syndicat, « inscrire le burn-out sur le tableau des maladies professionnelles » ce serait enfin « rendre justice aux victimes » et « faire assumer le coût aux entreprises qui le génèrent. Les pathologies psychiques liées au travail coûtent 617 milliards d'euros aux Européens. » Pour sa part, la Fnath craint que la recommandation de la HAS n’incite « à une analyse des antécédents personnels et familiaux, conduisant ainsi à ne pas avoir une réflexion plus globale sur l’organisation générale du travail. » Déjà, fin janvier dernier, notre confrère,  que la démarche de la HAS allait inquiéter les médecins du travail.

Photo: crédit © jayfish- Fotolia.com

// A LA UNE

Mise en ligne 21/02/2023

Rendre visible l'invisible

// Toutes les actualités

Accédez à tous les articles

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact