Idées

Lire sans les yeux

Mise en ligne 05/01/2022

Je suis Catherine, la soeur aînée de Louis Braille. Je voudrais vous emmener dans les pas de son nvention. Les premières semaines de l’année 1809 voient naître trois personnages qui vont changer le cours de l’Histoire : Abraham Lincoln, 16e président des Etats-Unis ; Charles Darwin, père de la théorie de
l’évolution ; et mon frère Louis, inventeur de « l’alphabet Braille ». Contrairement à Lincoln et Darwin, mon frère est peu connu en dehors de la France, sauf par les aveugles du monde entier.

Notre père Simon-René Braille est maître bourrelier à Coupvray en Seine et Marne. Il épouse notre mère Monique en 1795 et c’est le 4 janvier 1809, dans un coin du salon de notre petite maison paysanne que mon petit frère vient au monde dans notre famille aimante. Louis est si petit que la sage femme déclare qu’il a peu de chances de survivre plus de quelques jours. On le baptise trois jours après sa naissance de crainte qu’il ne meure. Mais, au lieu de mourir, il reprend rapidement des forces.

L’accident

A l’âge de trois ans il aime plus que tout au monde jouer dans l’atelier de notre père. Profitant de son  absence, il saisit une pièce de cuir dans une main et tente de la percer avec un poinçon en le poussant
vers le haut en direction de son visage. Soudain la pointe transperce la pièce de cuir et l’oeil.

Aveugle à  cinq ans

Mon pauvre petit frère perd la vue de l’oeil droit. Et malgré les soins quotidiens, l’infection se propage à l’oeil gauche. Un matin de sa  cinquième année, alors que le soleil brille quand ma mère le réveille. Il lui demande pourquoi il doit se lever au milieu de la nuit. Louis est complètement aveugle. En ce temps-là
La plupart des aveugles vit dans la misère totale. Certains vivent dans les zones rurales comme jardiniers ou cueilleurs de fruits. A proximité des villes, ils sont musiciens, crieurs publics, carillonneurs,
porteurs d’eau ou artistes de cirque. Mais le plus grand nombre parcourt les routes comme colporteur, mendiant ou se prostitue.

Le curé du village

C’est un homme cultivé, ancien moine bénédictin, le père Jacques Palluy, qui commence à instruire mon petit frère puis, le fait admettre à l’école du village et enfin à l’institut royal des jeunes aveugles fondé par Valentin Haüy.

L’institut royal des jeunes aveugles

Louis vient juste d’avoir dix ans quand il entre à l’Institut. Doté d’un esprit hors du commun, mon frère y est tour à tour élève, professeur de géographie, d’algèbre, de musique. Ce qu’il veut, c’est mettre les aveugles à égalité des voyants.

De l’armée au civil : une écriture universelle

Il a 12 ans quand il entend parler pour la première fois de l’écriture « à points saillants » inventée par le capitaine Barbier qui cherche alors à doter l’armée d’un moyen de communication pour échanger des messages la nuit sans que l’ennemi ne soit alerté. Mon petit frère en comprend tout de suite l’intérêt. Entre 15 et 20 ans, il en fait un véritable système permettant à tous ceux qui ne voient pas, de lire, écrire, compter et composer de la musique.

Sa mort - Panthéon

Il meurt à l’âge de 43 ans, vaincu par la tuberculose. 100 ans plus tard, le gouvernement français décide que l’oeuvre accomplie est si exceptionnelle qu’il mérite une place au Panthéon, à côté des hommes et des femmes les plus remarquables de l’Histoire de France.

L’équipe du musée a l’immense plaisir de vous accueillir dans la maison natale de Louis Braille :
MUSÉE LOUIS BRAILLE
13 rue Louis Braille
77 700 Coupvray
Tél. : 01 60 04 82 80

// A LA UNE

Mise en ligne 21/02/2023

Rendre visible l'invisible

// Toutes les idées

Accédez à tous les articles

// Newsletter

S'inscrire à la newsletter

Recherche

Formulaire de contact